Hayao Miyazaki tire sa révérence...

Publié le par marine

 

 

Sur les réseaux sociaux, les fans du maître japonais de l'animation s'émeuvent de l'annonce de son départ à la retraite. Hayao Miyazaki inscrit le mot fin à sa carrière. L'annonce de cette décision avait été réservée à la Mostra de Venise avant de se diffuser à la vitesse de la lumière grâce à la fibre optique qui nous relie à "l'Internet du Monde". 

 

Concernant sa carrière, filmographie, etc... l'actualité du moment renseigne largement sur son parcours remarquable. L'article des Inrocks du 5 février 2013 Hayao Miyazaki, "Un dessein animé", en fait une analyse approfondie dont il ne faudrait pas se priver. Et pour l'actualité des studios Ghibli, petite entreprise créée par Miyazaki et ses deux comparses Takahata (Le tombeau des lucioles) et Otsuka (chef animateur de la plupart des longs métrages de Miyazaki) en 1985, devenue grande, leur site version française ne manque aucune information.

 

Son dernier film "Le vent se lève", "Kaze Tachinu" fait polèmique au Japon. Il s'articule autour du destin de Jiro Horikoshi, concepteur du Mitsubishi A6M Zero,avion  utilisé dans l'attaque de Pearl Harbour et pour les opérations Kamikazes. La polémique est exacerbée par les relations tendues entre le Japon et ses voisins Chinois et Coréens. Le très nationaliste premier ministre Shinzo Abe veut réviser la Constitution pacifiste. Le film de Miyazaki et ses prises de position pacifistes sont dans la ligne de mire de l'extrême-droite qui n'apprécie guère, certains vont juqu'à le qualifier de "traitre". 

 

Que ce soit dans son "deal" avec les studio Disney ou dans ses propos pacifistes, le réalisateur a conservé une intégrité et une indépendance sans faille. S'il ne souhaite plus faire de longs métrages, il reprendra parfois ses crayons pour participer à quelques films. Et c'est tant mieux.

 

Le film que je préfére : "Le voyage de Chihiro" pour ses inventions imaginaires à tendance animiste, sa sorcière qui confisque votre nom, le train filant la nuit sur la mer, sa ville fantôme, les petites boules noires que l'on retrouve dans le film 'Mon voisin Totoro",.... J'espère toujours qu'un chatbus me conduise à la vitesse du vent dans un confort douillet... et peu importe où.


Des films poètiques, politiques, humanistes mâtinés d'incursions dans les mondes à l'envers.... le tout servi par un talent de virtuose... A voir, revoir et encore...

 

 

 

 

Publié dans arc en ciel

Commenter cet article