Le monde du travail dans la mondialisation : le rôle de l'OIT

Publié le par marine

lille 4

Le macabre décompte des victimes de l'effondrement de l'immeuble Rana Plaza survenu le 24 avril au Bangladesh se poursuit. Le nombre de morts s'établit actuellement à 590 sans qu'il soit pour autant sûr que ce bilan soit définitif. La réaction des entreprises qui se fournissaient dans les usines d'habillement oeuvrant dans cet immeuble révèlent une réelle hypocrisie de la part de certaines d'entre elles, hyprocrisie partagée par les Etats mais aussi par les consommateurs. 

 

En Chine, les coûts du travail augmentent et déjà des entreprises chinoises se délocalisent au Cambodge, au Pakistan, au Bangladesh. Dans quels pays iront les entreprises Pakistanaises quand le pays aura décollé économiquement ? Doit-on à nouveau "désespérer Billancourt" ? N'y aurait-il rien de nouveau sous le dur soleil du labeur ? Aucune éclaircie à l'horizon de l'exploitation de l'Homme au travail ?

 

L'OIT (Organisation internationale du travail) a pour "vocation de promouvoir la justice sociale et les droits internationalement reconnus de la personne humaine et du travail" par : 

 - la promotion d'un travail décent pour tous par la formulation de politiques et de programmes internationaux,

- l'élaboration de normes internationales du travail,

- la création d'activités de formation, d’éducation et de recherche,

- La mise en place de programmes de coopération internationale afin d'aider concrètement la mise en oeuvre de ces politiques.


L'OIT vient de rendre public un rapport sur le travail des enfants démontrent comment la protection sociale est cruciale pour combattre le travail des enfants.

Dans le Communiqué de presse de ce rapport, quelques nouvelles meilleures que d'autres :

- le nombre d'enfants au travail a baissé de 30 millions en deux ans,

- au Brésil le programme de transferts en espèces Bolsa Familia qui verse aux familles un certain montant par mois à condition que leurs enfants aillent à l’école, a joué un rôle essentiel dans la réduction du travail des enfants à la fois dans les zones rurales et les zones urbaines,

au Cambodge, le travail des enfants a diminué de 10 pour cent suite à l’introduction d’un programme de bourses dans le cadre du Projet d’appui au secteur de l’éducation."


Il n'en reste pas moins que 215 millions d’enfants travaillent dans le monde. Ce chiffre est issu du dernier Rapport global (2010). De nouveaux chiffres devraient paraître en septembre 2013:

  • 115 millions d’enfants sont enrôlés dans les pires formes de travail des enfants – pratiques assimilables à l’esclavage, servitude pour dette, offre d’enfants à des fins de prostitution, implication dans des activités illicites et des travaux dangereux pour leur santé, leur sécurité ou leur moralité.
  • 15,5 millions d’enfants sont engagés dans le travail domestique.
  • La plupart des enfants qui travaillent continuent d’être employés dans l’agriculture (60 pour cent). Seul un enfant qui travaille sur cinq occupe un emploi rémunéré. L’immense majorité travaille sans toucher de rémunération au sein de la famille.

 

L’OIT vient également de publier l’édition 2013 des Tendances mondiales de l’emploi des jeunes

Publié dans rouge

Commenter cet article