Le printemps.... des poètes, des femmes, ....

Publié le par marine

Ernest Pignon Ernest est le parrain de cette 16e édition des poètes. En 1978 et 1979  l'artiste collait ce portrait de Rimbaud sur les murs de Paris et de Charleville. 

 

Comment sait-on que le printemps est revenu.... Femmes et poètes sont comme les hirondelles, à défaut de faire le printemps, ils l'annoncent. Et chaque année, ils reviennent sur le devant de la scène pour être célébrés.  

Une journée pour elles, deux semaines pour eux... 


A défaut de se réjouir de cet élan festif, profitons-en... 


Ce 16e Printemps des Poètes sera aussi l’occasion de saluer Max Jacob, dont on commémore le 70e anniversaire de la disparition au camp de Drancy.

 

 

Répétition

On ne connaît pas le cœur des gens

Il est tant mal visible que parfois

On cogne dedans

Quelle misère de prendre le train

Quand au bout il n’y a personne rien

On ne sait pas l’avis des anges

Non plus que des moulins à eau

On se sert un grand verre de vent

De source de pluie des yeux 

On ignore comment vivre comme eux

On se sert un grand verre de vin

Dans une maison avec enfants avenir chien

Le quai fait des bruits de chaussures

Le quai fait des bruits de valises à roulettes et des 

bruits d’avant

Le quai est vide vide vide on bute dans l’air

Pardon messieurs dames j’ai cru à un nuage

Vous êtes innombrables qui ne m’êtes personne

Je suis innombrable et comme vous presque rien

Prenons donc un pot amical au lieu d’un pot au noir 

d’un mauvais coup

On ne connaît pas d’autre cœur dans le noir que le 

nôtre et encore

Ni dans le jour non plus alors à la bonne vôtre

Et nous débarquerons sous le soleil battant.


VaLÉrie rouzeau - Poème extrait de Quand je me deux, 

éd. Le Temps qu’il fait, 2009

Publié dans arc en ciel

Commenter cet article