Les poètes et les femmes

Publié le par marine

 

Les poètes ont leur printemps français de 14 jours et les femmes une journée internationale de leurs droits (excepté à Valenton dans la Val-de-Marne où la journée dure un mois...), L'espace compenserait-il le temps ? Mais les unes et les autres étant indispensables à la vie, les associer ne serait pas incongru.

 

Et de laisser la place à trois femmes poètes vaudra autant que tous les propos du jour qui ne feront que reprendre ceux de l'an dernier qui eux-mêmes puisaient dans ceux d'avant  et d'avant, avant.....à la nuance prés que  la crise permet cette année, le décévant constat d'une plus grande vulnérabilité des femmes dans les périodes tourmentées qui accentuent plus encore les inégalités entre les hommes et les femmes.

 

 

Anna Akhmatova (1889, Odessa - 1966, Moscou)

Devant moi le chemin
En pente douce dans le soir.
Hier encore, épris,
Il disait : « ne m’oublie pas ».
Aujourd’hui il y a le vent,
Et les cris des bergers,
Et des cèdres tourmentés
Près des sources pures.

 

Andrée Chédid (1920, Le Caire - 2011, Paris)

L’espérance

J’ai ancré l’espérance
Aux racines de la vie

 

Face aux ténèbres
J’ai dressé des clartés
Planté des flambeaux
A la lisière des nuits

 

Des clartés qui persistent
Des flambeaux qui se glissent
Entre ombres et barbaries

 

Des clartés qui renaissent
Des flambeaux qui se dressent
Sans jamais dépérir

 

J’enracine l’espérance
Dans le terreau du cœur
J’adopte toute l’espérance
En son esprit frondeur.

Poème publié dans l’anthologie Une salve d’avenir. L’espoir, anthologie poétique, parue chez Gallimard en Mars 2004

 

 

 

Valérie Rouzeau (1967, Cosne-sur Loire)

Le vent m'aimera bien mieux et le soleil aussi et le ciel
mêmement
Aujourd'hui ça m'arrange de faire semblant d'y croire
comme on m'arrangera les cheveux la misère si c'est
me faire la belle
Ça me va d'y songer pour l'instant ça me change de me
sonner les cloches tant que je m'y entends
Pareille au vieux laurier j'aurai les yeux en pluie au bout
d'un certain temps à verse canzoniere et je n'y verrai
goutte
Mes pieds n'en seront pas moins précieux pour autant
dans l'air considérable vos pensées invisibles et lessiveuses
feuilles vernies


Le printemps des poètes : dossier de presse

Journée internationale des droits des femmes

Publié dans rouge

Commenter cet article